Carnet de voyage pour l'Islande Juin 2018

Jour 12 : "Svínafell", "Vík I Myrdal" terminus "Hvolsvöllur"

a ville de"Siglufjörður"

a roadmap du jour
e matin au camping de "Svínafell"
e matin au camping de "Svínafell"
e parc national de "Skaftafell"
e parc national de "Skaftafell"
n traverse le "sandur"
n traverse le "sandur"
a chute de "Foss á Siðu"
a chute de "Foss á Siðu"
e site de "Kirkjubæjarklaustur"
e site de "Kirkjubæjarklaustur"
e canyon de "Fjaðrárgljúfur"
e canyon de "Fjaðrárgljúfur"
ík í Mýrdal
ík í Mýrdal
a chute de "Skógafoss"
a chute de "Skógafoss"
e "Eyjafjallajökull"
e "Eyjafjallajökull"
a chute de "Seljalandsfoss"
a chute de "Seljalandsfoss"
a chute de "Gljúfrafoss"
a chute de "Gljúfrafoss"
erminus le camping de "Hvolsvöllur"
erminus le camping de "Hvolsvöllur"
On remballe avant notre nouvelle journée.
La maison commune dans laquelle il y a les sanitaires et la grande salle commune pour préparer à manger au chaud.
Au loin la grande montagne blanche, c’est le volcan "Katla" qui est encore au moins à 60 kilomètres d’ici.
Notre promenade du matin. Nous prenons un sentier dans le parc national pour aller voir une jolie cascade. Il fait beau et même assez chaud.
Une première petite chute sympa.
Ce site comme dans beaucoup de site touristique en Islande est super bien aménagé, pour que les gens n’aillent pas n’ importe où dans la campagne.
Vue sur le "Sandur" de "Skeiðarársandur" c’est une plaine formée par les eaux de fonte des glaciers. Situé au sud du Vatnajökull entre le "Skeiðarárjökull" et l'océan Atlantique, il tire son nom du fleuve "Skeiðará" qui le parcourt du nord au sud. Avec une superficie de 1 300 km2, il serait le plus grand sandur du monde. D'est en ouest, il occupe une portion de littoral de 56 kilomètres de longueur. Du nord au sud, entre le Vatnajökull et l'océan, le sandur mesure de 20 à 30 kilomètres de largeur.
Le Skeiðarársandur est formé par les alluvions apportés par les rivières qui le parcourent. En plus de ces sédiments, le sandur est modelé par les nombreuses éruptions des systèmes volcaniques du Grímsvötn et de l'Öræfajökull. Les sédiments y sont alors apportés par les "jökulhlaups" (des sorte de raz de marée formée par la fonte des glaciers) déclenchés par les éruptions. Des dépôts de cendres se produisent également. Le jökulhlaup le plus récent s'est produit en 1996 lors de l'éruption du Grímsvötn. Son débit maximal est estimé entre 45 000 et 50 000 m3/s (à comparer aux 200 à 400 m3/s du débit ordinaire du Skeiðará). On évalue à 12,8 millions de mètres cubes le volume de sédiments déposés pendant cet événement. Certaines parties du sandur ont été alors recouvertes par une couche de sédiments allant jusqu'à dix mètres d'épaisseur.
Même le chemin est préparé sur des kilomètres.
La montagne "Hvannadalshnjúkur" enfin visible, c’est le point culminant de l’Islande avec 2109 mètres.
Le but de notre promenade la cascade de "Svartifoss".
Le sandur de plus haut.
On s’approche.
Elle est magnifique !!!
C'est un petit film pour avoir le bruit et l'atmosphère du lieu. Cliquez sur le bouton "lecture" qui est au milieu de l'image.
On redescend.
Le camping à l’entrée du parc naturel.
Les vestige D’un pont emporté par le dernier "jökulhlaups" de 1996.
La montagne "Hvannadalshnjúkur" vue d’en bas.
Le guide ne ment pas elle est très belle, elle est juste au bord de la route.
Kirkjubæjarklaustur a une longue et intéressante histoire. Les ermites irlandais, les «papar», auraient habité là avant la colonie nordique de l'Islande. La tradition dit que la région a toujours été habitée par des chrétiens et que les païens n'étaient pas les bienvenus. Le colon Ketill the Foolish, du 9ème siècle, a élu domicile à Kirkjubæjarklaustur et beaucoup plus tard, Hildir Eysteinsson de Meðalland, un païen, a tenté de s'y installer. Quand il mit pied à terre, il tomba mort (On se demande comment tien ;-)) et fut enterré à Hildishaugur (monticule d'Hildir), une butte rocheuse à l'est de Kirkjubæjarklaustur (La photo a gauche). En 1186, un couvent bénédictin y fut fondé et resta actif jusqu'à la dissolution de la Réforme en 1550. De nombreux noms locaux et contes populaires témoignent de la présence des religieuses et de l'histoire ecclésiastique à travers les siècles.
Cet oiseau faisait tous pour qu’on la suive car son nid était juste au bord du chemin.
Le Kirkjugólf, toponyme islandais signifiant littéralement "sol de l'église", est une formation géologique qui se présente sous la forme de sommets d'orgues basaltiques s'étendant sur environ 80 m2, situées au niveau du sol et faisant penser à un pavage. Ces rochers ont pris leur aspect actuel par l'érosion marine et glaciaire lorsqu'ils se situaient sur le rivage méridional de l'Islande il y a plusieurs milliers d'années. Les Vikings de la région pensaient qu'il s'agissait du sol d'une église même s'il n'y en a jamais eu.
En certains endroits il atteint 100 m de profondeur et sa longueur est d'approximativement 2 kilomètres. Il est traversé par la rivière éponyme Fjaðrá.
On est au pied du volcan "Katla". Bon là on ne voit pas grand-chose car blanc sur blanc ;-).
Une formation volcanique sur la plage attire notre attention, et en plus il y a une piste qui y va. On est parti explorer.
Une grande grotte sous la montagne.
Toujours le Sandur à perte de vue.
C'est un petit film pour avoir le bruit et l'atmosphère du lieu. Cliquez sur le bouton "lecture" qui est au milieu de l'image.
Les "Reynisdrangar" l'extrémité méridionale de la "Reynisfjall" à "Vík í Mýrdal".
L’église de Vik. Le village est un centre de service et de commerce pour les habitants des environs, étant donné qu'il s'agit de la seule localité dans un rayon de 70 km. Il y a 291 habitants, mais un centre commercial digne d’une ville de 10 000 habitants.
Le village est sous deux volcans majeur. Dont un qu’on connaît bien en Europe continentale pour le désordre qu’il a mis dans les vols internationaux le "Eyjafjallajökull" (on dit eyafyatlajeukutl ;-)).
La plage de Vik.
Le Village vue de la plage.
On a fait le tour de la péninsule et on est sur la plage de "Reynisfjara" qui est considéré comme l’une des plus belles plages non tropicale du monde. Par contre comme l’indique tous les panneaux autour, la mer est très dangereuse, il faut donc faire attention au bord.
C’est un site sur lequel il y a beaucoup de monde.
L’autre côté de la plage et le "Dyrhólaey".
Les "stack" "Reynisdrangar" vue de l’autre cotés.
On est monté au sommet du "Dyrhólaey" par une piste qui fait dresser les cheveux sur la tête ;-). Il y à au moins 90 km/h de vents on a du mal à rester stable pour prendre des photos. On ne les vois pas sur la photo, mais on distingue dans la brume les iles Westman.
Le volcan "Katla" au loin dans la brume.
Dans cette direction le volcan "Eyjafjallajökull".
Les "stack" "Reynisdrangar" et la plage "Reynisfjara" dans son ensemble.
On est sur le point le plus au sud de l’Islande. La côte d’azur quoi :-).
C’est cette arche qui donne le nom à l’ endroit ou on se trouve.
C’est la photo carte postale de cette plage.
Cette plage est aussi un lieu de nidification des Puffins.
Ici aussi il y a du monde, mais la chute est très belle.
Et bein là aussi ça monte.
J’avais un peu le vertige, car l’escalier ce balançais avec tous le monde qui monte et descend en même temps, d’où mon air très concentré.
Le efforts sont récompensé.
Je me tiens bien à la rambarde, on est au dessus du vide ;-).
Vue d’en bas.
On est au pied du volcan. Il y a une grande ferme.
Le même endroit le jour du début de l’éruption de 2010.
Quand les populations ont évacué, ils ont lâché tous les chevaux pour qu’ils se sauvent et échappent à l’éruption, ça a du être plutôt amusant pour les retrouver après.
Ca barde.
C’est un bonheur, elle est magnifique. On a fait nos touristes de base, on a pris le petit sentier qui passe derrière.
Une petite douche gratuite.
Superbe !!! On voit bien le petit sentier.
C'est un petit film pour avoir le bruit et l'atmosphère du lieu. Cliquez sur le bouton "lecture" qui est au milieu de l'image.
Gljúfrafoss ou Gljúfrabúi littéralement "celui qui vit dans le canyon" (En référence au troll) est une petite chute d'eau au nord des plus grandes chutes de Seljalandsfoss. Les chutes sont partiellement obscurcies par la falaise et on est obliger de patauger dans le ruisseau pour s’approcher, mais elle est superbe.
C’est très inattendu, à voir absolument !!!
On est un peu sous la douche comme l’indique les embruns sur l’objectif.
C'est un petit film pour avoir le bruit et l'atmosphère du lieu. Cliquez sur le bouton "lecture" qui est au milieu de l'image.
On avait des voisins plutôt amicaux.